Derniers articles publiés

Après la crise, la relance économique européenne

Synthèse 27.08.2020 La rédaction

[Dossier spécial] Sinistrée par la pandémie de Covid-19 au premier semestre 2020, l'Europe tente de relancer son économie pour endiguer la crise sans précédent qui se profile et amortir les 8% de récession du PIB de l'UE prévus par la Commission européenne en 2020.

Après un premier plan d'urgence de 540 milliards d'euros initié en avril 2020, deux autres instruments sont désormais en discussion : le budget pluriannuel 2021-2027, d'un montant de 1 074,3 milliards d'euros, auquel est adjoint un plan de relance de 750 milliards d'euros. Un dispositif d'une ampleur inégalée dans l'histoire européenne et dont la mise en œuvre va nécessiter un travail politique, législatif et bureaucratique titanesque.

Si les Vingt-Sept ont trouvé un premier accord sur le sujet après de longs mois de tractations en coulisses et quatre jours d'intenses négociations au Conseil européen, le chemin est encore long avant que cette relance économique européenne ne devienne réalité.

 

 

Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte et le président du Conseil Charles Michel se saluent sous le regard d'Angela Merkel lors du Conseil européen décisif qui s'est tenu du 17 au 21 juillet - Crédits: Union européenne

Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte et le président du Conseil Charles Michel se saluent sous le regard d'Angela Merkel lors du Conseil européen décisif qui s'est tenu du 17 au 21 juillet - Crédits: Union européenne

 


Tout comprendre du plan de relance européen


Plan de relance et budget pluriannuel : que contient l'accord trouvé au Conseil européen ?

Mardi 21 juillet, les chefs d'Etat et de gouvernement européen ont trouvé un compromis autour du futur budget pluriannuel de l'UE (2021-2027) ainsi que du plan de relance, destiné à amortir le choc de la crise du coronavirus. Quels en sont les grands principes ?

[Infographie] Qu'est-ce que le plan de relance de l'Union européenne ?

Proposé par la Commission européenne le 27 mai et amendé par le président du Conseil européen le 10 juillet, le plan de relance pour faire face aux conséquences économiques de la crise du Covid-19 repose sur une architecture complexe. Modalités de l'emprunt, allocation de prêts et de subventions, ou encore remboursement de la dette contractée, Toute l'Europe fait le point sur son fonctionnement.

Covid-19 : les détails du plan de relance de la Commission européenne

Mercredi 27 mai, la Commission européenne a présenté un fonds de relance adossé à un nouveau budget pluriannuel pour répondre à la crise du Covid-19. Un art de la synthèse délicat, mêlant des éléments novateurs satisfaisant l'Allemagne et les pays du Sud, à des garde-fous rassurants pour les Etats "frugaux".

Jean Arthuis : "La crise, épreuve de vérité pour l'Europe"

Jean Arthuis a pris sa retraite d'eurodéputé lors des dernières élections européennes. Européen de toujours, spécialiste des questions budgétaires, il revient pour Toute l'Europe sur les défis auxquels l'Union européenne est confrontée et sur son avenir.


Les événements marquants


Plan de relance européen : les étapes de sa mise en oeuvre

Le 21 juillet dernier, les chefs d'Etat et de gouvernement européens s'accordaient autour d'un plan de relance exceptionnel de 750 milliards d'euros destiné à surmonter la crise du Covid-19. Plusieurs étapes politiques, législatives et administratives doivent encore être franchies avant que les Etats membres ne perçoivent ses fonds.

[Revue de presse du 24 avril] Covid-19 : le Conseil européen charge la Commission d'élaborer un plan de relance

Au terme d’un Conseil européen sans surprise, les chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union européenne ont entériné un accord de principe sur la nécessité d’un plan de relance économique à moyen-terme. Les modalités de ce plan massif n'étant pas précisées, ils ont chargé la Commission européenne d'en définir les détails pour le 6 mai prochain.

[Revue de presse du 18 mai] La France et l'Allemagne proposent un plan de relance inédit

Le président français et la chancelière allemande ont dévoilé lundi 18 mai une initiative commune pour relancer l'économie européenne, mise à mal par la crise du coronavirus. Parmi les propositions, la création d’un fonds d'endettement européen va à l'encontre des traditions budgétaires allemandes.

[Revue de presse du 27 mai] Covid-19 : la Commission européenne dévoile un plan de relance innovant

Mercredi 27 mai, la Commission européenne a mis sur la table un emprunt commun de 750 milliards d'euros pour faire face aux conséquences de la pandémie. Une décision que beaucoup considèrent comme un tournant majeur pour l'Europe.

[Revue de presse du 21 juillet] Conseil européen : fumée blanche au cinquième jour des négociations sur le plan de relance

Réunis à Bruxelles depuis vendredi 17 juillet, les dirigeants européens se sont accordés ce mardi 21 juillet au matin sur un plan de relance économique et sur le prochain budget pluriannuel. Après cinq jours d'âpres négociations, l'accord trouvé marque un tournant dans la construction européenne, estiment de nombreux commentateurs.

 


Des négociations difficiles


Les 5 enseignements à tirer du Conseil européen

Mardi 21 juillet 2020, les Vingt-Sept se sont mis d'accord sur un plan de relance ainsi que sur le budget européen pour la période 2021-2027. Première réunion physique depuis le début de la pandémie de Covid-19, le sommet aura duré quatre jours et quatre nuits - l'un des plus longs de l'histoire européenne. Plusieurs enseignements peuvent être tirés de cette rencontre intense.

[Revue de presse du 27 juillet] Budget européen : le Parlement européen menace de bloquer l'adoption et demande des garanties

Jeudi 23 juillet, les eurodéputés ont voté une résolution menaçant de rejeter le budget pluriannuel 2021-2027 négocié par le Conseil européen en début de semaine. En adoptant cette position, les parlementaires laissent également en suspens l'avenir du plan de relance de 750 milliards qui est adossé à ce budget. Et espèrent ainsi obtenir des garanties sur le respect de l'Etat de droit et la mise en place de nouvelles ressources propres.

Philippe Lamberts : "Nous voulons un calendrier précis et contraignant pour de nouvelles ressources propres"

Dans une interview accordée à Toute l'Europe, l'eurodéputé Philippe Lamberts (Verts/ALE), chef de file des députés européens écologistes et membre de la commission des affaires économiques et monétaires, revient sur l'accord trouvé au Conseil européen du mois de juillet sur le plan de relance et le budget pluriannuel. Le co-président du groupe des Verts se penche sur les arbitrages difficiles que le Parlement européen va devoir opérer.

[Revue de presse du 22 juillet] Relance économique européenne : le flou demeure autour du respect de l'Etat de droit

Au lendemain d'un Conseil européen historique qui a conduit à l'adoption du plan de relance économique et du budget pluriannuel de l'Union européenne par les 27 chefs d'Etat et de gouvernement, les avis divergent sur la portée de la condition de respect de l'Etat de droit, nécessaire pour bénéficier des financements européens.

Covid-19 : quels sont les enjeux de la relance économique européenne ?

Le Conseil européen a chargé la Commission européenne d'élaborer un fonds de relance adossé au futur budget pluriannuel revu à la hausse. A la lumière des divisions politiques qui opposent les Etats membres sur le sujet, à quoi ce plan pourrait-il ressembler ? Et de quelle marge de manœuvre l'exécutif dispose-t-il ?

[Revue de presse du 3 juillet] Plan de relance : Charles Michel en quête de compromis

En amont du sommet européen des 17 et 18 juillet, les négociations se poursuivent autour du prochain budget pluriannuel de l'Union et du plan de relance qui lui serait adossé. Le président du Conseil européen, Charles Michel, élabore une nouvelle proposition à soumettre aux Vingt-Sept, dans l'espoir de parvenir à un compromis au cours de l'été.

Apartés, réunions informelles et jeu de regards : comment les réunions physiques façonnent les décisions européennes

Pendant la crise du Covid-19, nombre de négociateurs et politiques européens ont déploré devoir mener leurs discussions à distance. Alors que les vingt-sept chefs d'Etat et de gouvernement se retrouvent de visu pour la première fois depuis cinq mois à l'occasion du Conseil européen des 17 et 18 juillet, Toute l'Europe s'interroge sur l'apport de ces rencontres physiques dans la prise de décision.

 


Les acteurs des discussions


Qui sont les pays dits frugaux ?

Le groupe des "frugaux" (parfois appelés "les quatre austères" ou "radins") désigne un ensemble de pays d'Europe centrale et du Nord, hostiles à un budget européen trop important et attachés à l'orthodoxie budgétaire. Il regroupe les Pays-Bas, le Danemark, la Suède et l'Autriche.

Valérie Hayer : "Il faut absolument que les Etats sortent de cette logique délétère du juste retour"

Dans une interview à Toute l’Europe, la députée européenne Valérie Hayer revient sur le rôle du Parlement européen dans la relance économique européenne. Membre de l’équipe de négociations sur le futur budget pluriannuel (2021 – 2027) et co-rapporteure sur la réforme des ressources propres, elle prône la mise en place rapide de nouvelles recettes pour l’Union ainsi qu’une solidarité plus grande entre Etats.

Qu'est-ce que le groupe de Visegrád ?

Le groupe de Visegrád (également appelé V4 ou encore Visegrád 4) désigne un ensemble de quatre pays d'Europe centrale : la Hongrie, la Pologne, la République tchèque et la Slovaquie.

[Revue de presse du 29 juin] Plan de relance : le couple franco-allemand à la manoeuvre

Alors que l'Allemagne s'apprête à prendre la présidence tournante du Conseil de l'UE, Emmanuel Macron rend visite à Angela Merkel ce lundi 29 juin. Les deux leaders doivent peaufiner ensemble leur argumentaire, dans l'espoir de faire adopter un plan de relance de 750 milliards d'euros lors du prochain sommet européen qui aura lieu les 17 et 18 juillet prochains.

[Revue de presse du 9 juillet] Au Parlement européen, Angela Merkel plaide pour une union solidaire et démocratique

Mercredi 8 juillet, Angela Merkel a présenté aux eurodéputés le programme de son gouvernement, qui préside le Conseil de l'UE pour les six prochains mois. Parmi ses priorités, faire adopter rapidement le plan de relance européen et faire taire les critiques sur le manque de solidarité de l'UE.