Derniers articles publiés

Anne Houtman: "Europe 2020 tire les leçons de la stratégie de Lisbonne"

Actualité 08.09.2010

Vendredi 10 septembre est organisée au Palais d'Iéna une grande conférence intitulée "Europe 2020 et la France : au-delà de la crise, préparer l’avenir", avec notamment Michel Barnier, commissaire européen au Marché intérieur et aux Services. Anne Houtman, qui vient de prendre la tête de la Représentation en France de la Commission européenne, revient pour nous sur les enjeux de la stratégie Europe 2020.

Toute l'Europe : Dans quel cadre a eu lieu l’organisation de la conférence "Europe 2020 et la France"?

Anne Houtman : La stratégie Europe 2020, présentée par la Commission en mars et adoptée en juin dernier par le Conseil européen, vise à réussir la sortie de crise, tout en se projetant à l'horizon d'une dizaine d'années. Son ambition : bâtir un nouveau modèle économique fondé sur la connaissance, respectueux de l'environnement et assurant la cohésion sociale.

Comme le soulignait le Président Barroso en mars dernier, la réussite de cette stratégie "doit mobiliser l'ensemble des intervenants en Europe". Gouvernements, collectivités locales, opérateurs économiques et société civile sont en première ligne pour atteindre ces objectifs ambitieux.

C'est pourquoi la Commission européenne a pris l'initiative de ce colloque, organisé avec l'Institut de l'Europe d'HEC, et qui se veut une contribution significative au débat entre les différents acteurs impliqués en France dans la mise en œuvre d'Europe 2020.

C'est en agissant ensemble que nous pourrons faire aboutir cette stratégie et préparer l'avenir de notre continent.


Toute l'Europe : Pourquoi une nouvelle stratégie économique pour l'Europe?

Anne Houtman : L'Europe vient de traverser la plus forte crise économique que le monde ait connue depuis les années 1930. Elle a entamé les progrès économiques et sociaux de la dernière décennie sur notre continent.

La crise a également dévoilé les faiblesses structurelles de l’Europe en matière économique: une croissance structurellement plus faible que celle de nos principaux partenaires économiques, des taux d’emploi bien inférieurs à ceux d’autres parties du monde et une accélération du vieillissement démographique, qui accentue les pressions sur nos systèmes de protection sociale.

Enfin, les défis mondiaux se font plus pressants : la concurrence des économies développées et émergentes s’intensifie, le système financier mondial doit encore être réformé afin de contenir les déséquilibres et, finalement, le changement climatique et la pression sur les ressources naturelles exigent des mesures audacieuses.

Ce constat appelait donc à des mesures énergiques. C'est là l'objectif d'Europe 2020.


Toute l'Europe : Pour préparer au mieux la stratégie 2020, comment se passe la coordination entre la Commission européenne et les Etats membres ?

Anne Houtman : La Commission renforcera ses politiques et ses instruments principaux, notamment le marché unique, le budget et le programme économique extérieur de l’Union, pour se consacrer prioritairement à la réalisation des objectifs d’Europe 2020.

Par ailleurs, Europe 2020 tire les leçons de la stratégie de Lisbonne, en définissant des modalités de suivi plus ciblées et en cherchant à favoriser l’appropriation des processus par l’ensemble des acteurs. La nouvelle stratégie s’inscrit, en outre, dans un contexte de renforcement de la gouvernance économique de l’Union européenne et de la zone euro.

Les États membres établiront des programmes nationaux de réforme, dans lesquels ils exposeront de manière détaillée les actions qu’ils entreprendront pour mettre en œuvre la nouvelle stratégie, en mettant l’accent sur les efforts visant à réaliser les objectifs nationaux ainsi que sur les mesures destinées à lever les freins à la croissance au niveau national.

Comme le propose la Commission européenne dans sa communication du 30 juin 2010, la mise en œuvre d’Europe 2020 et les procédures du pacte de stabilité et de croissance seront synchronisées au sein d'un "semestre européen".

Au-delà de la surveillance budgétaire, la Commission souhaite que l'UE s'attaque aux déséquilibres macro-économiques entre les États membres, qui affaiblissent la cohésion du continent et, notamment, de la zone euro.


Toute l'Europe : Vous venez de prendre la tête de la Représentation en France de la Commission début septembre. Quelles sont vos premières impressions sur vos nouvelles responsabilités?

Représentation en France de la Commission européenneAnne Houtman : J'ai, jusqu'à présent, effectué l'ensemble de ma carrière européenne au siège de la Commission à Bruxelles. Dans mes dernières fonctions, j'étais Directrice au sein de la Direction générale de l'énergie.

Etre dans une Représentation, c'est être sur le terrain en permanence. Pour moi, c'est donc un nouveau métier. Je ressens ainsi un mélange de l'angoisse du débutant et du bonheur de la découverte.

Il y a beaucoup de travail à faire, à la fois pour écouter et comprendre les positions des uns et des autres, traduire les messages pour éviter les malentendus et établir des liens. Le champ des sujets est très vaste et les acteurs nombreux. Ce sera passionnant.

 

En savoir plus

Lire l'interview de Jacques Dermagne, président du Conseil économique, social et environnemental à propos de cette conférence.

Lire l'interview de Noëlle Lenoir, présidente de l'Institut de l'Europe d'HEC.

Présentation de la conférence sur le site de la représentation en France de la Commission européenne

Le site de la Représentation en France de la Commission européenne

Europe 2020 : une stratégie pour une croissance intelligente, durable et inclusive - Touteleurope.eu

Présentation de la stratégie Europe 2020 - site de la Commission