Derniers articles publiés

8e Sommet de l'ASEM : coopérer pour faire face aux grands défis mondiaux

Actualité 04.10.2010

Du 4 au 5 octobre 2010 a lieu au Palais Royal de Bruxelles le 8e Sommet de l'ASEM (Asia Europe Meeting), soit deux jours de rencontres et d'échanges entre les 27 chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne et les dirigeants de 16 pays d'Asie et de trois nouveaux membres (l’Australie, la Nouvelle Zélande et la Russie). Un sommet qui a lieu juste avant le sommet UE-Chine (mercredi 6 octobre). L'occasion pour le Premier ministre chinois de faire un tour d'Europe et d'afficher son soutien à l'euro qui traverse une crise profonde.

Asie et Europe doivent faire front commun face aux défis globaux

Mieux coopérer pour affronter ensemble les défis planétaires des années à venir, tel est le message qu'a souhaité passer le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, à l'occasion de l'ouverture ce lundi 4 octobre du 8e Sommet de l'Asia - Europe Meeting (ASEM).

Le saviez-vous ?

Réunis, ces 46 pays de l'ASEM représentent environ 58% de la population mondiale, 50% du PIB mondial et plus de 60% du commerce international.

Réuni tous les deux ans depuis 1996, ce sommet rassemble 46 pays : les 27 Etats membres de l'Union européenne, 16 pays d'Asie (la Chine, l'Inde, le Japon, la Mongolie, le Pakistan, la Corée du Sud, et les 10 membres de Association des Nations de l'Asie du Sud-Est), et trois nouveaux pays qui participent pour la première fois à cette rencontre, à savoir la Russie, l'Australie et la Nouvelle-Zélande.

Cette rencontre doit être l’occasion de construire des positons communes entre dirigeants européens et asiatiques. Ainsi, après un week-end de préparation, les dirigeants de l'ASEM ont appelé officiellement dimanche, par communiqué de presse, la junte birmane à tenir des élections "libres, équitables et ouvertes à tous", avec notamment la libération des prisonniers politiques,  le ministre birman des Affaires étrangères assistant au sommet à Bruxelles.

Le sommet va également permettre aux chefs d'Etat et de gouvernement d’échanger de manière informelle et bilatérale sur la gouvernance économique et financière mondiale, le développement durable incluant les aspects sociaux, les objectifs du millénaire pour le développement, la sécurité alimentaire, la protection de l’environnement ou la protection sociale, les questions globales comme la lutte contre la piraterie et les trafics et les crises régionales.

Le président français Nicolas Sarkozy profitera notamment des échanges avec les partenaires asiatiques pour rappeler les priorités de la future présidence française du G20.

En parallèle est également organisée une série d’événements qui complèteront le processus de l'ASEM. L’Asia-Europe Parliamentary Partnership, l’Asia-Europe People’s Forum et l’Asia-Europe Business Forum sont des forums où chacun abordera sa vision des relations interrégionales. La Belgique organise et gère une série d’activités préparatoires et joue un rôle de soutien important pour une autre série de manifestations de sensibilisation, dont l’exposition ‘A Passage to Asia’, issue d’une coopération entre BOZAR (Bruxelles) et les partenaires asiatiques de l’ASEM.

La Chine au centre des attentions européennes

45

C’est, en pourcentage, la part des importations européennes qui provenaient, au premier semestre 2010, des partenaires de l’ASEM (la Chine, l'Inde, le Japon, la Mongolie, le Pakistan, la Corée du Sud, la Russie, l'Australie et la Nouvelle Zélande et les 10 membres de Association des Nations de l'Asie du Sud-Est), selon Eurostat. Ils représentaient également 19% des exportations des Etats membres de l’Union européenne. Parmi les États membres de l'UE27, l'Allemagne a été de loin le principal exportateur vers les pays partenaires de l'ASEM au premier semestre 2010 (35% au total), suivie de la France (11%) ainsi que du Royaume-Uni et de l'Italie (9% chacun).

La Chine, présente au sommet de l'ASEM, sera dans la foulée l'invitée d'honneur d'un second sommet qui se tiendra le 6 octobre, toujours sous présidence belge du Conseil de l'Union.

Le Premier ministre chinois Wen Jiabao, qui doit rencontrer Nicolas Sarkozy en marge du sommet, a ainsi débuté sa tournée européenne qui, après un passage de trois jours à Bruxelles, se conclura par une visite le 7 octobre en Turquie et le 8 en Italie, par un passage en Grèce ce week-end.

Il a notamment rencontré à Athènes son homologue Georges Papandréou. Cette visite a été l'occasion de la signature de deux accords bilatéraux sur les investissements chinois en Grèce et le tourisme ainsi que des accords privés dans le domaine de la marine marchande, du commerce, de la construction et des technologies.

Wen Jiabao a également rappelé le soutien de son pays à l'euro, au moins dans le discours, en déclarant que la Chine achètera de la dette grecque le jour où la Grèce retournera sur les marchés.

Il a cependant appelé lundi devant ces 45 partenaires de l'ASEM à ce que les taux de change des principales monnaies restent "relativements stables" entre eux, ignorant les appels venus des Etats-Unis et d'Europe qui souhaitent que la Chine laisse le yuan s'apprécier davantage. Certains pays soupçonnent en effet la Chine de pratiquer une monnaie faible afin d'en tirer des avantages notamment sur le marché des exportations.

Il a tout de même souhaiter une meilleure coopération au niveau mondial pour sortir de la crise économique, notamment en intensifiant la coordination macro-économique et en gérant avec prudence le moment choisi et la rapidité de mise en oeuvre des stratégies de sortie des plans de relance.

 

Sources

Sommet ASEM 8 - Présidence belge du Conseil de l'Union européenne

Site de l'ASEM