Derniers articles publiés

"30 jours pour comprendre l'Europe" : Quels objectifs ? [n°2]

Actualité 12.06.2018 Isaure Magnien

Vous n'êtes pas spécialiste des questions européennes ? Toute l'Europe vous explique l'essentiel ! Brexit, zone euro, populismes... découvrez ou redécouvrez l'Union européenne avec un article par jour, du lundi au samedi. Aujourd'hui : "Quels objectifs pour l'Union européenne ?".

Objectifs de l'UE - Istock

Pourquoi l'Union européenne agit-elle ? Une question fondamentale pour qui souhaite comprendre l'UE, et dont une partie de la réponse est à trouver dans ses objectifs, inscrits dans le marbre des traités.

Des objectifs avant tout économiques ?

A la sortie de la Seconde Guerre mondiale, les dirigeants européens ont plusieurs priorités : la reconstruction de leur pays, éviter qu'une situation de pauvreté et de pénurie ne réapparaisse et enfin construire les fondations d'une paix durable.

Lorsque la Communauté économique européenne (CEE) est créée, on estime alors que sa mission est d'établir un marché commun, de rapprocher les politiques économiques des Etats membres et "de promouvoir un développement harmonieux des activités économiques […] une expansion continue et équilibrée, une stabilité accrue, un relèvement accéléré du niveau de vie et des relations plus étroites […]".

Pourtant, l'un des objectifs implicites de l'Union européenne, qui ne figure pas dans les traités avant 2007, est bien la paix. Lors du discours fondateur de Robert Schuman, le 9 mai 1950, celui-ci affirme en effet : "L'Europe n'a pas été faite, nous avons eu la guerre. […] La solidarité de production qui sera ainsi nouée manifestera que toute guerre […] devient non seulement impensable, mais matériellement impossible". L'interdépendance économique des pays européens est alors vue comme un rempart contre toute velléité belliqueuse.

L'évolution des objectifs de l'UE

Au fil des traités et des élargissements, de nouveaux objectifs sont venus compléter les premiers. Dans les années 80, s'y ajoutent par exemple les quatre grandes libertés de circulation (des marchandises, des services, des personnes et des capitaux). Le traité de Maastricht, en 1992, introduit quant-à-lui la notion de citoyenneté européenne, mais aussi celle d'un progrès "durable", et parle d'une cohésion économique et monétaire. Il est également question d'une "défense commune" – expression qui n'apparaît plus aujourd'hui – et de la création d'une zone euro.

Aujourd'hui, les objectifs de l'Union européenne sont répertoriés dans le traité de Lisbonne. Il précise notamment ce que comprend la notion de "marché intérieur", comme le progrès scientifique et technique, la lutte contre toute forme d'exclusion ou de discrimination ou encore la solidarité et la cohésion entre les Etats membres. Le tout en préservant la diversité culturelle et linguistique des pays.

Aux objectifs pour les pays membres de l'Union européenne s'ajoutent, depuis le milieu des années 90, la volonté "d'affirmer son identité sur la scène internationale". Ainsi, l'Union européenne doit aujourd'hui "contribuer à la paix, à la sécurité, au développement durable de la planète, à la solidarité et au respect mutuel entre les peuples, au commerce équitable, à l'élimination de la pauvreté et à la protection des droits de l'Homme, en particulier ceux de l'enfant […]".

Le traité sur l'Union européenne énumère aussi les valeurs communes à tous les Etats membres : la dignité humaine, la liberté, la démocratie, l'égalité, l'Etat de droit et les Droits de l'homme.

Concrètement, à quoi servent ces objectifs ?

Ils permettent aux chefs d'Etat et de gouvernement, à la Commission européenne, au Parlement européen et aux ministres d'établir des programmes d'actions et de légiférer. L'Union européenne se fixe des objectifs à moyen terme plus précis, qui répondent aux priorités du moment. Actuellement, la stratégie Europe 2020 vise plusieurs objectifs économiques, sociaux et environnementaux.

Ils permettent également à la Cour de justice de l'Union européenne de se prononcer en cas de litiges et de produire des "arrêts" qui font jurisprudence.