Derniers articles publiés

"30 jours pour comprendre l'Europe" : Pourquoi l'Union européenne ? [n°1]

Synthèse 11.06.2018 Vincent Lequeux

Vous n'êtes pas spécialiste des questions européennes ? Toute l'Europe vous explique l'essentiel ! Brexit, zone euro, populismes... découvrez ou redécouvrez l'Union européenne avec un article par jour, du lundi au samedi. Aujourd'hui : "Pourquoi l'Union européenne ?"

"30 jours pour comprendre l'Europe" : Pourquoi l'Union européenne ? [n°1]

Comment 28 Etats, marqués par plusieurs guerres fratricides au siècle dernier, se sont-ils retrouvés à signer ensemble des accords internationaux (CETA, accord nucléaire iranien…), à mettre en place des règles communes sur les données personnelles (RGPD…) et à craindre des sanctions lorsque leur déficit ou leur pollution deviennent trop importants ?

Jean Monnet et Robert Schuman, deux des "pères fondateurs" de l'Europe unie, avaient-ils en tête cette destinée lorsque le 9 mai 1950 ils proposaient, à la surprise générale, la mise en commun des productions française et allemande de charbon et d'acier ?

Des "petits pas"

Pas impossible... car l'Union européenne (qui ne prend ce nom qu'en 1992 avec le traité de Maastricht), est bien le résultat d'une politique assumée de "petits pas". Ce qu'envisageaient  Schuman et Monnet, c'était de commencer par contrôler, à six Etats, certains secteurs économiques limités et stratégiques, pour ensuite parvenir peu à peu à des "solidarités de fait" entre pays.

Pour ne prendre qu'un exemple : pour que les produits puissent circuler sans droits de douane entre les membres de cette organisation, il est préférable que les travailleurs soient aussi autorisés à circuler… puis tous les citoyens… D'où découle la nécessité de réguler l'immigration ensemble ! En définitive, malgré des stratégies nationales parfois différentes, une union politique consacrée à l'intérêt collectif de ses membres s'est peu à peu constituée.

Paix et reconstruction

Au sortir de la Seconde guerre mondiale, l'idée répond à deux enjeux clés : empêcher le retour des conflits qui ont déchiré l'Europe à deux reprises depuis le début du siècle, et reconstruire les économies de pays dévastés par cinq années de guerre. Trois "communautés européennes" sont alors créées par six Etats fondateurs : la Belgique, la France, l'Italie, le Luxembourg, les Pays-Bas et la République Fédérale d'Allemagne.

La Communauté européenne du charbon et de l'acier (CECA) voit ainsi le jour en 1951. En 1957 vient le tour de la Communauté économique européenne (CEE), qui vise à instaurer un marché commun, et de la Communauté européenne de l'énergie atomique (Euratom), dédiée au nucléaire civil. Au cœur du projet européen : le libre-échange et l'intégration économique progressive des Etats du continent, après des décennies de protectionnisme jugées en partie responsables des précédents conflits.

Et maintenant ?

60 ans plus tard, l'objectif d'intégration est toujours plus que présent ! En témoignent les chantiers économiques et financiers en cours : union bancaire, union des marchés de capitaux, marché unique du numérique… Mais les ambitions de l'Union européenne sont devenues bien plus vastes. Promotion de la paix et des valeurs, libre circulation des personnes et contrôle des frontières extérieures, développement durable, plein emploi et progrès social figurent désormais parmi les objectifs inscrits dans les traités.

L'Union européenne, c'est 28 Etats membres, 513 millions d'habitants en 2018 (7 % de la population mondiale), 4,5 millions de km2 (3% des terres émergées) et 16 400 milliards de dollars en 2016 (22% du PIB mondial). L'Allemagne y est le pays le plus riche et le plus peuplé, la France le plus vaste.