Education et formation

L'Europe de l'éducation et de la formation

Campus

Le traité de Rome ne prévoyant pas de compétence commune en matière d'éducation et de formation, c'est avec le traité de Maastricht que les termes d'éducation, d'étudiants ou de formation professionnelle ont fait leur première apparition dans le vocabulaire européen.

Cependant, comme le montre le programme Erasmus créé en 1987, l'Union européenne a commencé à agir dans le domaine de l'éducation avant 1992.

L'Union européenne favorise la coopération entre Etats membres en matière d'enseignement, complète leur action et encourage l'émergence de pratiques innovantes, tout en respectant pleinement la responsabilité des pays pour le contenu de l'enseignement et l'organisation du système éducatif ainsi que leur diversité culturelle et linguistique.

Education et formation : un cadre stratégique

Dans les domaines de l'éducation et de la formation, la compétence est avant tout celle des Etats membres. Conformément au principe de subsidiarité, l'UE encourage la coopération et la coordination (méthode ouverte de coordination) entre Etats membres, dont elle peut compléter l'action si nécessaire.

Depuis l'entrée en vigueur du traité de Lisbonne, la majorité des actions de l'UE en matière d'éducation et de formation sont adoptées par le Parlement européen et le Conseil selon la procédure législative ordinaire (codécision), après consultation du Comité économique et social et du Comité des régions. Sur proposition de la Commission, le Conseil adopte également des recommandations.

Tibor Navracsics

Depuis novembre 2014, le commissaire européen à l'Education est le Hongrois Tibor Navracsics. Son portefeuille comprend également la Culture, la Jeunesse et les Sports.

Dans tous les cas, l'UE doit d'une part, respecter la diversité culturelle et linguistique des Etats membres, et d'autre part, laisser le contenu de l'enseignement et l'organisation du système éducatif sous l'entière responsabilité de ces derniers.

L'UE offre alors un cadre permettant aux autorités nationales et aux parties prenantes européennes de coopérer pour améliorer leurs politiques et échanger les bonnes pratiques (activités d'apprentissage entre groupes d'Etats membres sur des sujets spécifiques ou groupes d'experts).

L'UE entend contribuer au développement d'une éducation de qualité et à la mise en oeuvre d'une politique de formation professionnelle. Elle vise en particulier à (art. 165 TFUE) :

  • développer la dimension européenne dans l'éducation, notamment par l'apprentissage et la diffusion des langues des Etats membres ;
  • favoriser la mobilité des étudiants et des enseignants, y compris en encourageant la reconnaissance académique des diplômes et des périodes d'études ;
  • promouvoir la coopération entre les établissements d'enseignement ;
  • développer l'échange d'informations et d'expériences sur les questions communes aux systèmes d'éducation des Etats membres ;
  • favoriser le développement des échanges de jeunes et d'animateurs socio-éducatifs et encourager la participation des jeunes à la vie démocratique de l'Europe ;
  • encourager le développement de l'éducation à distance.


Les différents enseignements tout au long de la vie

L'enseignement scolaire : la majorité des Européens passent au moins neuf ou dix ans à l'école. Les défis dans l'enseignement scolaire sont considérables. Un quart des jeunes de moins de 15 ans n'atteignent que le niveau de lecture le plus bas, 15 % des jeunes âgés de 18 à 24 ans quittent l'école prématurément et seuls 78 % des jeunes de 22 ans ont terminé leur éducation secondaire supérieure.

L'enseignement supérieur : l'Europe dispose d'environ 4000 établissements d'enseignement supérieur, avec plus de 19 millions d'étudiants et 1,5 million d'employés.

L'UE s'était donnée, dans le cadre du programme Education et formation 2010, plusieurs objectifs chiffrés. Ceux-ci n'ayant pas été atteints (sauf concernant les mathématiques, les sciences et les technologies), le cadre stratégique pour la coopération européenne "Education et formation 2020" en vise de nouveaux :

  • Au moins 95% des enfants entre l'âge de 4 ans et celui du début de l'enseignement primaire obligatoire devraient participer à l'enseignement préscolaire ;
  • Le taux moyen des jeunes de 15 ans ayant des lacunes en lecture, en mathématiques et en science devrait être inférieur à 15% ;
  • Le taux moyen de décrochage scolaire devrait être inférieur à 10% ;
  • Le taux moyen d'adultes entre 30 et 34 ans ayant une éducation de troisième cycle devrait atteindre au moins 40% ;
  • Une moyenne d'environ 15% des adultes (de 25 à 64 ans) devraient participer à l'éducation et la formation tout au long de la vie.

Parmi les cinq objectifs de la stratégie Europe 2020, qui prend la suite de la stratégie de Lisbonne, figurent deux objectifs liés à l'éducation et à la formation.

Ces objectifs sont ceux relatifs au taux moyen de décrochage scolaire devant être inférieur à 10% et celui du taux moyen d'adultes entre 30 et 34 ans avec une éducation de troisième cycle devant atteindre au moins 40%.