Finlande

Finlande

Capitale : Helsinki
Population : 5,45 millions - (Eurostat - 2014)
Superficie : 338 434 km² - (Eurostat - 2013)
Date d'adhésion : 1995-01-01
Taux de croissance du PIB : -1,4 % - (Eurostat - 2013)
Taux de chômage : 8,2 % - (Eurostat - 2013)
Dette publique : 57 % - (Eurostat - 2013)
Déficit public en % du PIB : -2,1 % - (Eurostat - 2013)
Inflation : 1,1 % - (Eurostat - 2014)
Monnaie : Euro
Découpage administratif : 6 provinces, 20 régions, 446 communes
Hymne national : Maamme (Notre Pays)
Indicatif téléphonique : 358
Code ISO : FI
Système politique : République
Espérance de vie : 80,7 ans - (Eurostat - 2012)
drapeau Finlande

Politique

La Finlande (Suomi-Finland) est une république de caractère mixte, présidentielle et parlementaire. Le Président est élu au suffrage universel direct pour un mandat de six ans. 

C'est le conservateur et pro-européen Sauli Niinistö qui a remporté l'élection présidentielle le 5 février 2012 avec 65,5% des voix. À 63 ans, cet ancien ministre des Finances dans les années 1990, a qualifié la Finlande pour l'euro. Il succède à Tarja Halonen (sociale-démocrate), qui a dirigé le pays pendant onze ans.

Le Premier Ministre est désigné par le parlement monocaméral, l'Eduskunta, élu pour quatre ans. Depuis le 29 mai 2015, Juha Sipilä est à la tête d'un gouvernement de coalition regroupant son parti, le Parti du centre, les Vrais Finlandais (droite populiste et eurosceptique) et le Parti de la coalition nationale (centre-droit), dont le leader est Alexander Stubb, prédécesseur de M. Sipilä à la tête du pays (2014-2015).

Le pays et l'UE

L'engagement de neutralité pris par la Finlande au lendemain de la Seconde Guerre mondiale l’a longtemps tenue éloignée de la construction européenne. En 1961, elle devient membre associé de l’AELE, zone de libre-échange sans ambition politique conçue par les Britanniques comme une organisation "rivale" de la CEE.

La chute du bloc soviétique ouvre la voie à une adhésion finlandaise. Le 18 mars 1992, Helsinki présente sa demande officielle d’adhésion aux Communautés européennes. Le référendum consultatif sur cette adhésion, organisé en octobre 1994, a accordé 56,9% des suffrages au "oui". La Finlande devient membre de l’Union européenne en 1995, en même temps que l’Autriche et la Suède.

La Finlande reste très attachée à sa neutralité ; elle n’est pas membre de l’OTAN. Dans le cadre de la politique européenne de défense, elle cherche à développer les aspects non militaires de la gestion des crises. Elle privilégie la coopération intergouvernementale et cherche à défendre les intérêts des "petits" pays au sein l’Union européenne contre l'éventualité d'un directoire des "grands".

Helsinki entretient des relations privilégiées avec les pays baltes et nordiques et s’investit tout particulièrement dans le dialogue avec la Russie. La dimension septentrionale a été initiée en 1997 par Paavo Lipponen, alors Premier ministre de la Finlande, cette initiative concerne les pays du pourtour de la Baltique.

La Finlande est représentée par 12 députés au Parlement européen.

Géographie

Située sur la côte baltique, la Finlande est le pays le plus septentrional des pays de l'Union européenne. Elle possède à l'est une longue frontière commune avec la Russie, au nord avec la Norvège et la Suède. Ses côtes sur le golfe de Botnie font face à la Suède, tandis que ses côtes sur le golfe de Finlande regardent vers l'Estonie. Tallinn, Helsinki et Stockholm constituent un triangle dynamique de capitales d'Etats membres sur la Baltique.

Cinquième plus grand pays européen en termes de superficie (340 000 km2), la Finlande a une faible densité de population. Elle ne compte que 5, 2 millions d'habitants, autant que le Danemark. La population se concentre très largement sur la façade maritime méridionale.  Le pays compte deux langues officielles : le finnois (parlé par plus de 90 % de la population) et le suédois.

Recouverte de forêts à 70 %, la Finlande est dotée d'un paysage vallonné sur lequel se découpe un vaste ensemble lacustre formé de plus de 60 000 lacs, d'où son surnom de pays aux mille lacs. En raison de sa superficie et de sa latitude élevée, le pays jouit d'un climat très variable. Les saisons sont très marquées. Au nord, l'hiver est froid et enneigé, mais le manteau neigeux ne persiste pas longtemps dans la partie méridionale ou littorale du pays. L'été est généralement ensoleillé et doux grâce au Gulf Stream.

Economie

L'économie finlandaise était jusqu'à la crise de 2008 l'une des plus performantes de la zone euro. Les secteurs des nouvelles technologies de l'information et de la communication (TIC), ainsi que du bois et du papiers, constituaient les principaux moteurs de la croissance. Dans les années 90, la Finlande a connu un essor spectaculaire du secteur des TIC, symbolisé par le géant de la téléphonie mobile Nokia, alors première et emblématique entreprise du pays. L’importance de ce secteur a donné à l’industrie un poids étonnamment élevé dans l’économie pour un pays développé, mais l'a rendu également plus sensible aux aléas du marché mondial. 

Le pays a ainsi été touché de plein fouet par la crise de 2008, et ne devrait renouer avec une croissance faiblement positive (+0,2%) qu'en 2014, après deux années entières de récession et malgré un rebond en 2010. Le taux de chômage atteint 8,5% en avril 2014. 

Le déficit public est attendu à 2,6% en 2014, le gouvernement prévoyant l’équilibre budgétaire en 2018. En 2013, la dette publique atteint 57 % du PIB, et devrait dépasser les 60% en 2014. 

Le gouvernement d'Alexander Stubb a annoncé un ensemble de réformes structurelles (retraites, services sociaux et de santé...), de mesures d’ajustement budgétaire et de relance importantes sur les prochaines années. 

Histoire

  • 1157 : les Suédois christianisent les tribus finnoises des rives de la Baltique, tout en assurant la conquête politique, au cours de la croisade d'Eric IX.
  • 1284 : la Finlande devient un duché suédois. La domination suédoise dure près de sept siècles, durant lesquels la Finlande est une sorte de "zone tampon" entre l’occident et le monde russe. Au XVIe siècle, la Suède impose à la Finlande la conversion au luthéranisme.
  • 1710-1721 : au cours de la grande guerre du Nord, le tsar Pierre le Grand ravage la Finlande méridionale et annexe la Carélie à la Russie.
  • 1809 : la Suède cède la Finlande à la Russie, qui en fait un territoire autonome : le grand-duché russe de Finlande. Une politique de russification est menée par le tsar Alexandre III. Son successeur Nicolas II relâche la pression après la Révolution de 1905.
  • 1917 : le 6 décembre, à la suite de la Révolution russe, la Finlande proclame son indépendance. Peu après éclate une guerre civile opposant les socialistes, soutenus par l’Union soviétique, aux conservateurs, soutenus par l’Allemagne, qui finissent par l’emporter. La République est proclamée en 1919.
  • 1939 : en dépit de sa neutralité proclamée, la Finlande est envahie par l’Union soviétique. Entre 1941 et 1944, la Finlande combat les Russes aux côtés des Allemands. En 1947, vaincue, elle doit céder des territoires à l’URSS.
  • 1969-1975 : conférence d’Helsinki sur la sécurité et la coopération en Europe. Au cours de la Guerre froide, la Finlande observe une neutralité qui lui permet de jouer le rôle de médiatrice entre les deux blocs.
  • 1995 : adhésion à l’Union Européenne.
  • 2001 : entrée dans l’Espace Schengen.

Drapeau et hymne

Le drapeau finlandais, Siniristilippu ("drapeau à la croix bleue"), a été dessiné dans sa première version par le poète finlandais Zacharias Topelius en 1870. Outre la croix inspirée du drapeau danois, le bleu symbolise les lacs et le blanc la neige. C'est en 1918, un an après l'indépendance du pays face à la Russie, que le drapeau est officiellement adopté.

L'hymne national, Maamme ("Notre pays"), a été écrit par le poète finlandais Runeberg en 1846. Il raconte la misère et le courage des Finlandais mobilisés dans l’armée du Royaume de Suède pendant la guerre contre l’Empire russe. La nature et les paysages constituent le cadre de ce récit. Il est chanté pour la première fois en 1848 par un groupe d’étudiants sur les airs de Friedrich Pacius, chef d’orchestre et compositeur d’origine allemande, et devient l'hymne national en 1917.

Lire l'étude de Notre Europe - Institut Jacques Delors

Culture

Aleksis Kivi (1834-1872)

Il est considéré par beaucoup comme le père de la littérature finnoise.
On le connait surtout pour son ouvrage "Les sept frères" (Seitsemän veljestä), traduit dans plus de quarante langues, roman épique majeur de la littérature finnoise, et la pièce de théâtre "Les Cordonniers de la lande" (Nummisuutarit .

Jean Sibelius (1865-1957)

La renaissance artistique de la Finlande dans la seconde moitié du XIXe siècle est indissociable de l'émergence du sentiment national finlandais, face aux dominations suédoise et russe. Sibelius demeure le compositeur emblématique de ce grand Nord inspiré certes par le romantisme russe, mais avant tout par les chants folkloriques finnois, comme le poème symphonique "Finlandia", en 1899-1900. Il suit la génération des fondateurs de la littérature en langue finnoise et en particulier les efforts d'Elias Lönnrot (1802-1884) en faveur de la conservation et de la transcription de la mythologie finlandaise dans le "Kalevala", qui fait office d'épopée fondatrice de la nation.

Mika Waltari (1908-1979)

Cependant la littérature finlandaise a su s'émanciper au XXe siècle de son questionnement strictement national pour s'ouvrir aux cultures, des plus proches aux plus lointaines. Mika Waltari est sans doute l’auteur finlandais le plus connu à l’échelle mondiale. Parmi les œuvres de l'auteur, "Sinouhé l’Egyptien", "Un inconnu vint à la ferme", "Jamais de lendemain" sont traduits en français. Cette tradition littéraire trouve des échos dans l'écriture d'Art Paasilinna, l'auteur du "Lièvre de Vatanen".

Aki Kaurismäki (1957-)

Le cinéaste finlandais de renommée internationale a su prendre appui sur l'observation des spécificités de la société finlandaise et la tradition à la fois burlesque et sombre de la création artistique nationale pour construire des narrations de portée universelle, comme l'Homme sans passé, en 2002. L'exigence novatrice et avant-gardiste du compositeur Magnus Lindberg manifeste également la contribution de la Finlande aux courants culturels de la fin du XXe siècle et du XXIe siècle. Il s’intéresse très tôt à la musique sur ordinateur et travaille à l’IRCAM dès 1985, après être passé au studio expérimental de la radio finlandaise.