Justice et affaires intérieures

Vera Jourova : "Mon objectif est de construire une Europe qui protège"

Vera Jourova et Nicole Belloubet

En visite à Paris, la commissaire européenne à la Justice, Vera Jourova, a rencontré jeudi 7 septembre Nicole Belloubet, garde des Sceaux et ministre de la Justice française, dans le cadre de l'inauguration de l'exposition au tribunal de grande instance de Créteil : "60 ans de construction européenne, quels progrès pour la justice ?". L'occasion pour les deux femmes d'évoquer les apports concrets de la construction européenne pour les justiciables européens et d'envisager les priorités de Paris et Bruxelles pour un renforcement de la coopération judiciaire en Europe.

60 ans de construction européenne, quels progrès pour la justice ? C'est à l'occasion de cette exposition itinérante, conçue dans le cadre du 60e anniversaire du traité de Rome, et accueillie en ce moment dans la salle des pas perdus du tribunal de grande instance de Créteil (TGI), que Madame Vera Jourova, commissaire européenne à la Justice a rencontré pour la première fois Nicole Belloubet, garde des Sceaux et ministre de la Justice française.

Cette exposition, présente jusqu'au 8 septembre au TGI de Créteil "a du sens en ce qu’elle témoigne d’éléments concrets que l’Union européenne a contribué à construire. Elle a du sens également car elle s’appuie sur un événement historique, celui des 60 ans de la signature du traité. Mais aussi, surtout, car elle dit que l’Europe s’est construite par le droit et au bénéfice des citoyens", a souligné Nicole Belloubet, en présence de la chef de la Représentation de la Commission européenne Isabelle Jegouzo.

C'est notamment à travers le recours au droit que la commissaire européenne à la Justice, Vera Jourova, a annoncé vouloir construire une "Europe qui protège", basée sur la mise en place de politiques de justice fortes. A cet égard, elle a notamment détecté deux priorités pour l'Europe : protéger les droits individuels des citoyens à l'heure de la mondialisation et de la numérisation, et aider les Etats membres à mieux défendre leurs citoyens contre la criminalité et le terrorisme. Afin de concrétiser ce projet ambitieux, Madame Vera Jourova a insisté sur la nécessité pour les Etats membres et l'Union européenne de former "un front commun" dans lequel "personne ne saurait faire cavalier seul".

Si la commissaire européenne a notamment admis que de nombreux domaines restaient encore à approfondir, elle a souhaité souligner les nombreuses avancées de l'Union européenne en matière de justice, notamment dans la lutte contre la fraude et la criminalité. "Cette année ce sont 20 Etats membres qui ont décidé d’adopter l’idée d’un parquet européen afin d’enquêter et de faire passer en jugement les infractions à l’égard du budget de l’UE", s'est-elle notamment félicitée. Pour sa part, Nicole Belloubet a rappelé que l'Europe est "extrêmement positive et constructive", puisqu'elle a permis de nombreuses avancées en matière de protection des consommateurs, d'échange d'informations entre les magistrats ou de coopération lors de certaines enquêtes, à travers la création du mandat d'arrêt européen.

La visite de la commissaire européenne à Créteil s'inscrivait également dans une démarche d'échange afin que la Commission puisse "s'inspirer des expériences accumulées au niveau des Etats membres". A cet égard, la commissaire et la ministre ont pu s'entretenir au sujet de l'expérience française en matière de lutte contre la corruption, la radicalisation, ainsi que sur les dispositifs mis en place dans l'Hexagone afin d'assurer une meilleure protection pour les lanceurs d'alerte.