Dossier spécial L'Europe dans la Présidentielle
Traités

Les négociateurs et les signataires des traités de Rome

Les signataires du traité de Rome

Portraits des principaux acteurs des traités de Rome, de Konrad Adenauer à Jean Monnet en passant par Paul-Henri Spaak, Maurice Faure et Lodovico Benvenuti.

 

Cliquer sur les photographies ci-dessous pour les agrandir.

 

Allemagne

Konrad Adenauer (1876-1967) 

Konrad Adenauer

Chancelier de la République Fédérale d'Allemagne entre 1949 et 1963, Konrad Adenauer participe activement aux débuts de la construction européenne.

Il signe le Traité instituant la CECA en 1951 et les Traités de Rome en 1957 après avoir mené les négociations pour son pays conjointement avec Walter Hallstein, son secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères.

Son engagement européen s'inscrit dans une volonté de réconciliation franco-allemande qui se concrétise en janvier 1963 avec la signature du Traité de l'Elysée entre Paris et Berlin.

 

 

Carl-Friedrich Ophüls (1895-1970)

Responsable de la délégation de la RFA, Karl-Friedrich Ophüls prend part aux négociations durant la phase d'élaboration des Traités de Rome.

Walter Hallstein (1901-1982)

Secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères, il participe aux négociations des Traités de Rome. En janvier 1958, il devient le premier Président de la Commission de la Communauté économique européenne. A la tête de cette institution, il mène à bien la mise en place du Marché commun et la création de la Politique agricole commune (PAC). Partisan d'une Commission forte, il quitte son poste en 1967 à la suite d'un différend avec le Général de Gaulle, qui lui reproche ses visées fédéralistes. 


Belgique

Paul-Henri Spaak (1899-1972)

Paul-Henri Spaak et Jean-Charles Snoy et d’Oppuers, 25 mars 1957

Après avoir présidé l'Assemblée parlementaire de la Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA) de 1952 à 1954, cet illustre homme politique belge joue un rôle essentiel dans la négociation des Traités de Rome. Il est celui qui organise la relance du projet européen après l'échec de la CED.

Présent à la Conférence de Messine en juin 1955, il se voit confier la présidence d'un comité d'experts chargé de rédiger un rapport qui est à la base des deux traités. Il préside ensuite la conférence intergouvernementale qui accouche des Traités CEE et Euratom. Son fort engagement européen lui vaut aujourd'hui d'être considéré comme l'un des "Pères de l'Europe". 

Jean-Charles Snoy et d’Oppuers (1907-1991)

Secrétaire général du ministère belge des Affaires économiques, il préside la délégation belge lors de la Conférence intergouvernementale pour le Marché commun et l'Euratom. Il exerce les fonctions de ministre des Finances entre 1968 à 1972.


France

Maurice Faure (1922-2014)

Christian Pineau et Maurice Faure, 25 mars 1957

En tant que secrétaire d'État aux Affaires étrangères du gouvernement de Guy Mollet, Maurice Faure dirige la délégation française durant les négociations des Traités de Rome. Il participe à la signature officielle des Traités le 25 mars 1957 aux côtés de Christian Pineau, ministre des Affaires étrangères.

Il devient ensuite membre de l’Assemblée parlementaire des Communautés européennes, puis prend place sur les bancs du Parlement européen de 1979 à 1981. Il a présidé le Comité d'honneur du 50e anniversaire des Traités de Rome en 2007.   

Christian Pineau (1904-1995)

Ministre des Affaires étrangères entre 1956 et 1958, Christian Pineau, ardent défenseur de l'intégration européenne, signe les Traités de Rome au nom de la France accompagné par son secrétaire d'Etat, Maurice Faure. Il participe aussi à ce "grand pari" comme il le qualifie lui-même dans ses mémoires. 

Robert Marjolin (1911-1986)

Européen convaincu, ami de Raymond Aron et de Jean Monnet dont il est l'adjoint au Plan après la guerre, Robert Marjolin est le Conseiller technique de Christian Pineau (1956-1958), ministre des Affaires étrangères. Vice-président de la délégation française, il épaule Maurice Faure au cours des négociations de Val Duchesse. Il devient vice-président de la Commission de la Communauté économique européenne en 1958, poste qu'il occupe jusqu'en 1967.  

Jean-François Deniau (1928-2007)

Responsable des négociations européennes, Jean-François Deniau est un des principaux négociateurs français des Traités de Rome. Il est notamment le rédacteur du préambule et à ce titre l'auteur de la fameuse  formule "une union sans cesse plus étroite entre les peuples d'Europe". Directeur des Relations extérieures de la Commission européenne à Bruxelles à partir de 1958, puis commissaire chargé des négociations avec les pays d'Afrique qui aboutiront aux Accords de Lomé, député européen par la suite, il exerce diverses responsabilités à l'échelle européenne. Il est l'initiateur du prix "Sakharov pour la liberté de l'esprit".


Italie

Lodovico Benvenuti (1899-1966)

Lodovico BenvenutiLodovico Benvenuti dirige la délégation italienne lors des négociations des Traités de Rome. Peu après, il est nommé secrétaire général du Conseil de l'Europe, poste qu'il occupe jusqu'en 1964.

Durant son mandat, il tente de resserrer au maximum les liens entre le Conseil de l'Europe et les institutions communautaires. 

Gaetano Martino (1900-1967)

Gaetano Martino est un des grands acteurs de la "relance européenne". Nommé au poste de ministre des Affaires étangères en 1954, il organise avec les pays du Benelux la Conférence de Messine en juin 1955. Celle-ci débouche sur l'ouverture des négociations des Traités de Rome l'année suivante et Martino dirige la délégation italienne au moment de la signature officielle, le 25 mars 1957. Il préside le Parlement européen de 1962 à 1964.

Antonio Segni (1891-1972)

Cet homme politique italien exerce les fonctions de Premier ministre au moment de la négociation des Traités de Rome qu'il signe conjointement avec son ministre des Affaires étrangères, Gaetano Martino. Passé ensuite par différents ministères il devient Président de la République italienne en 1962, poste qu'il quitte deux ans plus tard pour des raisons de santé.


Luxembourg

Joseph Bech (1887-1975)

Joseph Bech et Lambert Schaus, 25 mars 1957

Considéré comme l'un des "Pères fondateurs" de l'Europe, Joseph Bech, homme politique luxembourgeois, préside la Conférence de Messine qui redonne un souffle à l'intégration européenne après l'échec de la Communauté européenne de défense (CED).

Il participe à la signature officielle des Traités de Rome en tant que Président du gouvernement luxembourgeois.

Lambert Schaus (1908-1976)

Installé à Bruxelles au titre d'ambassadeur du Luxembourg à partir de 1955, il est particulièrement impliqué dans la naissance de la Communauté Economique européenne (CEE) et de l'Euratom. Il représente son pays durant les discussions et prend part à la signature officielle des Traités à Rome. Il devient ensuite commissaire européen sous le mandat de Walter Hallstein, jusqu'en 1967.  


Pays-Bas

Johannes Linthorst-Homan (1903-1986)

Johannes Linthorst-Homan et Joseph Luns, 25 mars 1957

Chef de la délégation néerlandaise lors de la Conférence intergouvernementale pour le Marché commun et l'Euratom, Johannes Linthorst-Homan mène les négociations pour les Pays-Bas. Il participe à la signature officielle en 1957 aux côtés de Joseph Luns, ministre des Affaires étrangères.

Joseph Luns (1911-2002) 

Ministre des Affaires étrangères des Pays-bas dans les années 1950 et 1960, Joseph Luns signe les Traités de Rome avec son collaborateur Linthorst-Homan. Durant tout son mandat, il  lutte contre la mise en place en Europe d'un "condominium politique" entre la France et l'Allemagne.

Personnalités indépendantes

Jean Monnet (1888-1979)

Jean Monnet, 1967

Jean Monnet est à l'origine de la déclaration Schuman et de la Communauté européenne du charbon et de l'acier (CECA), dont il préside la "Haute autorité" entre 1952 et 1955.

A la suite de l'échec de la Communauté européenne de défense (CED), il décide de ne pas briguer de deuxième mandat pour se consacrer à la relance du projet européen. A la tête du Comité d'action pour les Etats-Unis d'Europe, il joue un rôle essentiel dans l'élaboration des Traités de Rome, puisqu'il participe à la conception du projet de coopération nucléaire Euratom et négocie activement durant toute la phase de préparation.

Acteur central et décisif de la construction européenne depuis ses débuts, Jean Monnet se voit décerner le titre de "Citoyen d'honneur de l'Europe" en 1976.

Pierre Uri (1911-1992)

Travaillant aux côtés de Jean Monnet dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, Pierre Uri est de tous les projets qui marquent le début de la construction européenne. Peu connu du grand public, il est impliqué dans de nombreux textes essentiels, tels que la déclaration Schuman ou encore le rapport Spaak qui précède les Traités de Rome. Il est souvent considéré comme celui qui traduit en actes les idées et initiatives de Jean Monnet.

 

 

60 ans du traité de Rome : quel avenir pour l'Europe ?