Dossier special Vacances
Transports

La mortalité routière en Europe

mortalité routière

Malgré un recul constant depuis quinze ans du nombre de décès sur les routes d'Europe, la question reste préoccupante.
Chaque année la Commission européenne publie une étude détaillée des statistiques concernant la mortalité routière parmi les Etats membres pour mieux comprendre les éléments à cibler. Les 28 et 29 mai 2017, la Commission a organisé avec l’aide de la présidence maltaise une conférence réunissant les experts de la sécurité routière et les décideurs politiques afin de définir les futures orientations politiques.

Pour consulter cette infographie, vous devez installer le logiciel gratuit Adobe Flash Player en cliquant sur le lien ci-dessous.

Get Adobe Flash player

Chiffres clés sur la sécurité routière

Sur les 1,4 million de morts sur les routes dans le monde, 1,8 % surviennent en Europe

70 Européens meurent chaque jour sur les routes

2/3 des accidentés de la route sont des hommes

25 000 décès chaque année

135 000 blessés graves chaque année

Après deux années de stagnation, le nombre de tués sur la route a diminué de 2% en 2016. On enregistre 600 décès de moins qu’en 2015 et 6000 décès de moins qu’en 2010 soit une baisse de 19% sur les six dernières années.

En Europe, la plus grande partie des accidents mortels ont lieu dans les zones rurales (55%), non sur les autoroutes (8%). Les chiffres restent préoccupants : 70 Européens meurent encore chaque jour sur les routes, avec des statistiques extrêmement variables d'un pays à l'autre, oscillant autour d'une moyenne européenne de 50 décès par million d'habitants.

Les routes suédoises sont les plus sûres d'Europe avec 27 décès par million d'habitants, suivies des routes britanniques, en dessous des 30 décès par million d'habitants.

A l'inverse, la Bulgarie, la Roumanie, la Lettonie, la Pologne et la Croatie sont malheureusement les pays qui enregistrent le plus grand nombre de tués sur les routes pour la même année. En Bulgarie ce nombre a augmenté entre 2015 et 2016, de même qu'en Roumanie ainsi qu'en Grèce.


D'autres pays, en revanche, ont vu leur nombre de tués sur leurs routes diminuer, notamment la Lituanie, la Lettonie et la République tchèque avec entre 22% et 16 % moins de décès sur la route en un an.           

Entre 2010 et 2016 la France se situe légèrement au-dessus de la moyenne européenne (réduction de 19%) avec une baisse de 13% en six ans.

Il y a 20 ans, avant l'introduction de la politique européenne sur la sécurité routière dans le traité de Maastricht, l'UE comptait 160 tués sur les routes par million d'habitants.

Réduire le nombre de blessés graves

Les accidents mortels de la route ont également des retombées plus importantes. D’après une étude menée par la Commission européenne en 2016, on compte plus de cinq personnes gravement blessées pour un décès. 135 000 personnes auraient été touchées l’année dernière et tout particulièrement les piétons, les motocyclistes et les personnes âgées.

La Commission européenne propose une stratégie relative aux blessés de la route dans l'UE :

  • une définition commune de la notion de blessure grave à la suite d'un accident de la route appliquée depuis 2013 ;
  • une feuille de route à l'attention des États membres pour leur permettre d'améliorer la collecte de données sur les accidents graves de la route et adopter un objectif au niveau de l'UE pour la réduction du nombre de victimes de blessures graves résultant d'accidents de la route (par exemple, pour la période 2015-2020).

Le Programme d’action de l'UE pour la sécurité routière : un plan ambitieux

Le Programme d’action de l'UE pour la sécurité routière 2011-2020 a pour objectif de réduire de moitié le nombre de morts sur les routes européennes au cours des dix prochaines années. Si le but est atteint, plus de 90 000 vies pourront être sauvées pendant cette décennie.

Parmi les principales initiatives récentes figurent l'introduction d'un nouveau permis de conduire européen depuis janvier 2013, assorti de règles plus strictes en matière d'accès des jeunes aux motos de grosse cylindrée. Des plans nationaux de contrôles et sanctions, soumis par les États membres offrent une source abondante de bonnes pratiques. A noter également l'entrée en vigueur en novembre 2012 de règles en matière de répression transfrontalière des infractions au code de la route commises à l'étranger.

En 2015, l’accord sur le déploiement de technologies innovantes capables de sauver des vies a été signé. Tous les nouveaux types de véhicules seront équipés du système « eCall » à partir de mars 2018. Ce système permettrait d’alerter automatiquement le numéro européen d’urgence (le 112) en communiquant l’emplacement du véhicule accidenté. D’après les estimations de la Commission, un tel système réduirait le délai d’intervention des services d’urgence et ferait reculer, de fait, le nombre de tués et de blessés graves.

En France, Manuel Valls avait annoncé en 2012, alors en sa qualité de ministre de l'Intérieur, un objectif de moins de 2000 tués en 2020 sur les routes françaises. En 2016, 3477 décès ont été enregistrés contre 3461 en 2015.