Diplomatie et défense

Etat islamique : l'engagement militaire des Etats de l'UE en Syrie et en Irak

Avion de la coalition

Formée en 2014, la coalition arabo-occidentale en Irak et en Syrie contre l'organisation Etat islamique regroupe une soixantaine de pays. Tous les Etats membres de l'Union européenne, à l'exception de Malte, y sont engagés. Néanmoins, leur rôle n'est pas le même au sein de la coalition.

Pour consulter cette infographie, vous devez installer le logiciel gratuit Adobe Flash Player en cliquant sur le lien ci-dessous.

Get Adobe Flash player

Les Etats de l'Union européenne participant à des actions militaires

Cinq Etats membres participent à des frappes aériennes en Irak et en Syrie. Il s'agit de la France, du Royaume-Uni, des Pays-Bas, du Danemark et de la Belgique (Source : Département d'Etat américain). Aucune armée européenne n'est engagée au sol.

Selon Brett McGurk, émissaire spécial auprès de la coalition du président américain Barack Obama, 14 000 frappes avaient déjà été réalisées entre 2014 et l'été 2016 (Source : Le Parisien). Ces attaques aériennes visent en règle générale les éléments logistiques de l'organisation terroriste : postes de commandement, centres d'entraînement et de recrutement, dépôts d'armes et de munitions, etc… Les membres de l'organisation Etat islamique sont également visés par les frappes. Le but est de permettre aux troupes irakiennes et kurdes, alliées de la coalition, d'avancer au sol.

Les Etats européens ne représentent qu'une petite partie des frappes opérées dans la région. Près de 80% des raids aériens sont effectués par les Etats-Unis, dans le cadre de l'opération "Inherent Resolve".

La France, quant à elle, totalise environ 5% des frappes. En avril 2016, selon l'état-major français, 600 raids avaient eu lieu de la part de l'armée française, engagée dans une opération nommée "Chammal" (source : 20 minutes).

Ne s'attaquant auparavant qu'à des objectifs situés en Irak, le Royaume-Uni (depuis décembre 2015), les Pays-Bas (depuis février 2016) et le Danemark (depuis août 2016) effectuent maintenant également des opérations en Syrie.

Les Etats membres engagés logistiquement, humanitairement ou encore diplomatiquement

La plupart des Etats européens ne participent pas directement à l'action militaire de la coalition. Certains Etats apportent un soutien logistique. C'est notamment le cas de l'Allemagne : outre plusieurs dizaines d'instructeurs militaires envoyés en Irak, 16 000 fusils d'assaut, 8 000 pistolets ainsi que 30 systèmes de missiles antichars ont été livrés aux Kurdes peshmergas (source : Le Point).

L'Espagne, le Portugal ainsi que l'Estonie ont également envoyé des formateurs militaires aider les armées irakienne et kurde. De nombreux Etats, telle que l'Italie ou encore la Pologne, leur ont livré des équipements militaires.

Certains pays favorisent en premier lieu l'aide humanitaire, sous l'égide de l'ONU. C'est notamment le cas de l'Espagne.

Enfin, certains Etats limitent leur action à un appui diplomatique de la coalition. C'est, par exemple, le cas de la Roumanie et de la Lituanie.