La construction européenne est-elle irréversible La Politique agricole commune au coeur de la construction européenne 60 ans du traité de Rome - Documentation française
Education et formation

Carte : le niveau d'anglais des Européens

Niveau d'anglais des Européens

Dans la classe européenne, quels sont les bons élèves en anglais ? En tête du classement : les Pays-Bas, le Danemark et la Suède. Certains pays d'Europe de l'Est s'en sortent bien, tandis que les Français progressent mais restent à la traîne.

Pour consulter cette infographie, vous devez installer le logiciel gratuit Adobe Flash Player en cliquant sur le lien ci-dessous.

Get Adobe Flash player

*Les Etats membres ne figurant pas sur la carte sont ceux pour lesquels l'institut EF n'a pas pu récolter suffisamment de tests pour les évaluer.

 

Pays-Bas, Danemark, Suède, Finlande et Luxembourg arrivent en tête du classement EF-EPI, réalisé chaque année par l'institut de langues EF. Pas seulement au niveau européen, mais au niveau mondial, sur les 72 pays faisant partie de l’étude. Seule la Norvège, autre pays européen mais qui ne fait pas partie de l’UE, appartient également au groupe de pays ayant une "très bonne maîtrise" moyenne de l’anglais.

Les excellents scores dans les pays nordiques s'expliquent, selon le rapport EF-EPI de 2016, par le fait que l'anglais est une matière obligatoire dans l'enseignement primaire et secondaire depuis plusieurs décennies dans ces pays. L'exposition constante à des médias anglophones sans doublage audio est également l'une des explications du très bon niveau dans ces Etats.

Suivent un nombre important de pays d’Europe centrale et orientale, dont les populations ont toutes une "bonne maîtrise" de l'anglais, comme l'Autriche, la Roumanie, la République tchèque et la Hongrie. Pour ces deux derniers pays, le rapport EF-EPI indique qu'en dépit d'un faible budget en termes d'éducation, en comparaison d'autres Etats membres, "ils se caractérisent par l'acceptation diffuse que la maîtrise des langues étrangères est essentielle pour l'intégration internationale et par des systèmes éducatifs soulignant l'importance de l'anglais et d'autres langues étrangères dans des économies du savoir".

L'EF explique que la Belgique, l'Allemagne et la Pologne, pays s'illustrant également par une "bonne maîtrise" de l'anglais, ont connu de légères mais régulières améliorations de leur niveau au cours des dix dernières années. La modification des programmes scolaires pour renforcer la qualité de l'enseignement des langues vivantes, de même que le fait que les élèves soient tenus d'apprendre plusieurs langues étrangères dont l'anglais, sont des éléments constitutifs de cette progression.

Il n'y avait, en 2016, plus aucun Etat membre de l'Union européenne dont le niveau moyen d'anglais était considéré comme "faible" par EF. En revanche, la majeure partie des pays ayant une maîtrise "moyenne" de la langue sont situés en Europe occidentale. C'est le cas pour l'Espagne, la France et l'Italie. Concernant l'Espagne et l'Italie, EF précise que leur position est stable par rapport à 2015 et que les deux pays ont connu une légère amélioration de leur score ces huit dernières années. Les deux Etats ont rendu obligatoire l'enseignement de l'anglais et ont changé leurs méthodes d'apprentissage, les axant davantage sur la communication. Les améliorations restent cependant "modestes" selon l'étude.

La France était et reste le dernier pays d'Europe en la matière. Pour EF, cela est notamment dû à des méthodes d'apprentissage ne s'appuyant pas sur le développement des compétences communicationnelles et à la très faible exposition des Français à l'anglais dans la vie quotidienne. La France est néanmoins le pays qui a enregistré la plus importante hausse de son score par rapport à l'année dernière (+2,49 points, soit 54,33 points en 2016 contre 72,16 pour les Pays-Bas, n°1 mondial).

L'étude nuance l'idée d'un clivage nord-sud en termes de maîtrise de l'anglais, le qualifiant de "mythe". "En matière de maîtrise de l'anglais, nos données n'indiquent pas un clivage géographique, mais plutôt un retard linguistique subtil des pays de langue romane", précise le rapport de l'institut EF.

De manière générale, l'Union européenne est en tête du classement présenté par EF, comprenant 14 des 22 pays les mieux classés, et continue de s'améliorer.

L’indice de compétence en anglais EF-EPI, établissant le classement de maîtrise de l’anglais, se base sur trois tests pratiqués par l’institut EF. Les deux premiers sont disponibles gratuitement sur Internet. Le troisième est un test de placement, également réalisé en ligne, organisé avant que les étudiants ne commencent leurs cours d'anglais. Dans les deux cas, les données sont fiables et non susceptibles d’être tronquées par la tricherie ou le bachotage, car les résultats ne donnent droit à aucun diplôme ou admission dans un quelconque programme, précise la méthodologie publiée par EF sur son site.

Les participants sont néanmoins autosélectionnés et les personnes n'ayant pas accès à internet sont exclues de l'étude, reconnaît l'institut. "Bien que l'échantillon des candidats aux tests de l'indice de compétence en anglais de l'EF EPI soit biaisé en faveur des participants uniquement intéressés par une étude active de la langue, il présente toutefois un équilibre entre les candidats de sexe masculin et féminin et représente une tranche d'âge très large des apprenants adultes", nuance cependant le site d'EF. De même, les pays où moins de 400 personnes ont participé aux tests ne sont pas retenus pour l'étude. Dans la plupart des pays figurant dans le rapport, le nombre de candidats était bien supérieur au seuil fixé par l'institut EF.