Dossier special Vacances
Royaume-Uni

Brexit : les 12 personnalités à suivre

Michel Barnier - Theresa May

Avec le déclenchement de l'article 50 du traité de Lisbonne, s'ouvrent deux années de négociations pour conclure le divorce entre le Royaume-Uni et l'Union européenne. Michel Barnier et Theresa May, entourés de leurs équipes, auront la lourde tâche d'examiner les 700 dossiers présents sur leur table de travail.

Coup de projecteur sur les 12 personnalités à suivre ces prochains mois.


Michel Barnier

Homme politique français membre des Républicains, Michel Barnier a été désigné par Jean-Claude Juncker négociateur en chef et responsable du groupe de travail de la Commission européenne pour le Brexit. Faisant des allers-retours entre postes européens et nationaux, il fut en charge tour à tour de ministre, commissaire européen et eurodéputé. Fort de son expérience, il représentera donc la Commission européenne, qui se veut être leader dans les négociations et aura la lourde tâche de trouver des compromis et des solutions pour les centaines de dossiers à traiter. Depuis sa nomination, il fait le tour des capitales européennes afin de rencontrer les dirigeants, les gouvernements, les parlements nationaux, les syndicats et les organisations professionnelles des différents Etats membres. Michel Barnier devra se détacher de son statut de Français et représenter l’Europe dans son ensemble, afin de trouver un accord, la perspective du "no-deal" étant d'après lui exclue.

Theresa May

Theresa May est une femme politique britannique, devenue Première ministre du Royaume-Uni après la démission de son prédécesseur David Cameron, à la suite du vote en faveur du Brexit le 23 juin dernier. Désignée par le Parti conservateur, elle devient la seconde femme après Margaret Thatcher à occuper cette fonction. Connue pour ses prises de positions eurosceptiques, elle s’était cependant positionnée pour le maintien du Royaume-Uni au sein de l’Union européenne et a peu participé à la campagne pour le référendum d’appartenance du Royaume-Uni à l’UE. Aujourd’hui pourtant, Mme May souhaite un "Brexit dur" et une rupture "claire et nette" avec l’Union européenne. Depuis le déclenchement de l’article 50 du traité de Lisbonne, le 29 mars dernier, la Première ministre s’est lancée dans une véritable course contre la montre afin de décrocher auprès de Bruxelles "un accord dans l’intérêt mutuel".

David Davis

Homme politique britannique membre du Parti conservateur, député depuis 1987, David Davis fut en 1987 ministre d'Etat pour l'Europe. Son euroscepticisme lui avait valu, à l'époque, le surnom de "Monsieur-non" à Bruxelles. C'est aux côtés de Nigel Farage, au sein du collectif "Grassroots Out" qu'il a fait campagne pour le Brexit. Suite à la démission de David Cameron, Theresa May l'a désigné secrétaire d'Etat à la Sortie de l'Union européenne. Il sera donc l'interlocuteur privilégié de Michel Barnier durant les deux années de négociations à venir.

Liam Fox

Homme politique britannique membre du Parti conservateur, Liam Fox a été désigné par Theresa May secrétaire d'Etat au Commerce international le 13 juillet 2016. Eurosceptique convaincu, il occupa notamment les postes de ministre de l'Intérieur et de secrétaire d'Etat à la Défense. Le portefeuille du Commerce international est stratégique pour la préparation de "l'après-Brexit". Il doit en effet commencer à négocier les futurs accords de libre-échange avec ses partenaires mondiaux.

Danuta Hübner

Femme politique et universitaire polonaise, ex-présidente de la commission économique Europe de l'ONU et ancienne ministre chargée des Affaires européennes, elle est nommée en 2004 commissaire européenne au Commerce puis à la Politique régionale. Elle est élue députée européenne en 2009. Réélue en 2014, elle est désignée présidente de la commission des Affaires constitutionnelles. Cette commission jouera un rôle clé dans les négociations, produisant les cadres de référence en matières légale et institutionnelle.

Boris Johnson

Homme politique britannique, membre du Parti conservateur, Boris Johnson est aujourd'hui ministre des Affaires étrangères et du Commonwealth. Menant parallèlement une carrière de journaliste et d'homme politique, il est élu en 2008 maire de Londres. Il se prononce pour la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne et devient le leader du mouvement pro-brexit au sein des Tories. En tant que chef de la diplomatie britannique, Boris Johnson devra rencontrer ses homologues européens et négocier la transition de la sortie de l'Europe.

Enda Kenny

Homme d'Etat irlandais, membre du parti Fine Gael, Enda Kenny est actuellement Premier ministre d'Irlande. Son pays, membre de l'Union européenne depuis 1973, possède une frontière avec le Royaume-Uni de 500 kilomètres depuis 1922 dont un traité garantit la libre circulation. Cette frontière est franchie quotidiennement par 30 000 personnes. Les Nord-Irlandais, qui ont voté massivement contre le Brexit, craignent qu'avec la sortie du Royaume-Uni de l'UE, un contrôle douanier refasse son apparition, alors que les relations économiques et touristiques lient étroitement les deux pays. Depuis le Brexit, l'idée d'une réunification de l'Irlande a donc fait son apparition et Enda Kenny n'a pas exclu cette hypothèse.

Didier Seeuws

Diplomate et fonctionnaire belge, Didier Seeuws est devenu l’une des personnalités incontournables des négociations sur le Brexit, suite à sa nomination en juin dernier à la tête de la "task force sur le Royaume-Uni" du secrétariat général du Conseil de l’UE. Cet homme souvent qualifié de "bosseur" et "d’ambitieux" devra conduire l’aspect le plus délicat des négociations : la nature des relations futures de la Grande-Bretagne avec l’UE. Habitué des institutions européennes, Didier Seeuws pourra mettre à profit ses années d’expérience en tant que porte-parole de Guy Verhofstadt et chef de cabinet d’Herman Van Rompuy, respectivement ancien Premier ministre belge et ancien président du Conseil européen.

Nicola Sturgeon

Nicola Sturgeon est une femme politique écossaise, élue cheffe du Parti national écossais (SNP) et Première ministre d’Ecosse, en 2014. Militante nationaliste de la première heure, Mme Sturgeon a vu dans le Brexit l’opportunité de remettre sur la table l’appartenance de l’Ecosse au Royaume-Uni. Farouchement opposée à un "hard Brexit" et irritée par les positions tranchées de Theresa May, la Première ministre écossaise a demandé l’organisation d’un référendum sur l’indépendance de sa "nation constitutive" d’ici le début de l’année 2019. Un coup d’éclat qui n’a pas manqué de déstabiliser la Première ministre britannique à quelques jours du déclenchement de l’article 50 du traité de Lisbonne. Le chemin vers cette grande consultation citoyenne est d’ores et déjà semé d'embûches, puisque Londres devra obligatoirement donner son accord pour tout référendum d’autodétermination.

Guy Verhofstadt

Guy Verhofstadt est un ancien Premier ministre belge, aujourd’hui eurodéputé et actuel président du groupe ALDE (Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe) au Parlement européen. Surnommé "le troisième homme du Brexit", il aura pour tâche de représenter l’assemblée parlementaire européenne lors des discussions relatives à la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. Son rôle est d’autant plus important, que le Parlement européen devra approuver l’accord final obtenu entre les Britanniques et les Européens au terme de deux années de négociations. Certains craignent déjà les prises de position de ce fédéraliste convaincu, "fléau des europhobes britanniques", connu pour ses anciennes oppositions houleuses aux clauses de retrait successives du Royaume-Uni. Il s’est dit déterminé à boucler les négociations d’ici 2019.

Sabine Weyand

Sabine Weyand

Sabine Weynand, actuellement haut fonctionnaire au sein de la Commission européenne, formera aux côtés de Michel Barnier, un duo franco-allemand en charge de la préparation et de la conduite des négociations pour le Brexit. Avant de rejoindre "la task force" de la Commission en charge des négociations de sortie du Royaume-Uni, l’Allemande Sabine Weyand a exercé au sein de la direction générale du commerce où elle traitait des questions commerciales et de la politique de "voisinage". Cette nomination met donc Paris et Berlin au cœur des négociations sur le Brexit.

 

Bonus : Donald Trump

Donald Trump est un homme d’affaire américain devenu le 45ème président des Etats-Unis le 20 janvier dernier, suite à sa victoire contre la démocrate Hillary Clinton. Durant sa campagne, Donald Trump s’était réjoui de la victoire du camp des pro-brexit, tout en appelant de ses vœux un démantèlement de l’Union européenne. Aujourd’hui président, Donald Trump est un allié de poids pour Theresa May qui souhaite que leurs deux pays demeurent "des partenaires puissants et proches, en matière de commerce, de sécurité et de défense". A l’heure où les relations entre Washington et Bruxelles piétinent, la Première ministre britannique se félicite d’avoir "un ami à la Maison Blanche".